Mon histoire de bébé

Jeannette est une enseignante de 26 ans qui habite dans une zone rurale du Rwanda.

« La vie ici dans cette communauté est très difficile. Nous vivons de la nourriture que nous pouvons cultiver et du bétail que nous élevons. Nous sommes en haut de la colline et l’agriculture sur la colline escarpée est difficile. Quand il pleut beaucoup, nous devons faire face à l’érosion des sols. Lorsqu’il fait chaud et sec, il est difficile de cultiver la terre. Le seul moyen de bien survivre est de faire du travail journalier pour d’autres personnes qui sont propriétaires de plus grandes fermes.

Un autre grand défi auquel nous sommes confrontés est le manque d’infrastructures. Nous n’avons toujours pas d’électricité et les routes n’atteignent toujours pas notre maison. Il est très difficile d’entreprendre tout le long trajet pour nous rendre dans la ville la plus proche afin de faire des achats. Nous cuisinons nos repas en utilisant du bois de chauffage. Sans électricité, nous ne pouvons pas faire grand-chose après la tombée de la nuit.

En raison du manque de routes, lorsque quelqu’un devient très malade et ne peut pas bouger, nous utilisons une « ambulance » traditionnelle, c’est-à-dire quatre hommes transportant la personne malade sur une civière.Lorsqu’il pleut, le sentier devient très glissant. Même s’il s’agit d’une véritable urgence, les hommes qui transportent le malade sur une civière doivent s’arrêter là où ils sont et attendre la fin de la pluie. Il y a eu de nombreux cas où la personne malade est tombée à l’extérieur de la civière. Si la situation d’urgence médicale se produit la nuit, il est également très difficile de marcher le long des sentiers escarpés.

J’ai récemment donné naissance à un nouveau bébé. Je suis entré en travail à 22 heures. J’ai ramassé quelques provisions pour moi et le nouveau bébé qui allait naître, et j’ai commencé à marcher pour me rendre au poste de santé du village en utilisant une lampe de poche. Mon mari et deux voisines m’ont aidé pendant que je marchais.New Baby in Rwanda

Lorsque j’ai finalement atteint le poste de santé de mon village, je me suis effondré et j’étais incapable de faire un pas de plus. Nous avions entendu dire qu’ADRA Canada avait récemment fait don d’une nouvelle ambulance pour notre centre de santé communautaire qui se trouve dans un autre village. Mon mari a appelé le centre de santé et il a demandé que l’ambulance vienne nous chercher. Même si la route est très abrupte entre le centre de santé communautaire et notre village, l’ambulance a pu faire le trajet pour m’emmener au centre de santé communautaire.

Les infirmières en service m’ont fait subir un test médical et elles ont constaté que ma tension artérielle était très élevée, et elles craignaient que j’éprouve des complications qui ne me permettraient pas d’essayer d’accoucher le bébé au centre de santé communautaire. Elles m’ont aidé à retourner dans l’ambulance qui m’a amené à l’hôpital du district où le personnel médical a pu m’aider à avoir un accouchement normal et sans danger. Je suis resté à l’hôpital pendant une semaine après la naissance du bébé pour pouvoir surveiller ma santé et réduire ma tension artérielle. Après une semaine à l’hôpital, je suis rentré à la maison. Le bébé et moi sommes en bonne santé jusqu’à présent.

Je tiens à dire à quel point je suis reconnaissant aux Canadiens, au gouvernement du Canada et à ADRA Canada pour le don d’une ambulance que vous avez fait à notre communauté. Des femmes de mon village sont mortes en tentant d’accoucher. Quand les femmes sont enceintes ici, nous avons bien sûr peur de ce qui pourrait nous arriver quand nous entrons en travail. Maintenant que nous avons l’ambulance, nous nous sentons tellement mieux, pas aussi craintives qu’avant. Merci Canada ! »

Par Frank Spangler