L’espoir et la nourriture bourgeonnent à partir de la terre 

Family in RwandaSerafine, son mari et leurs trois jeunes enfants habitent dans le district de Ndego au Rwanda.

Lorsque Serafine et sa famille sont revenus de la Tanzanie voisine après le génocide de 1993, ils sont retournés à l’agriculture de subsistance dans leur district natal de Kirehe. Ils luttaient pour nourrir leur famille et gagner leur vie.

La zone de Ndego faisait partie d’un parc national. Afin d’accommoder les résidents qui retournaient au Rwanda à la fin du génocide, le gouvernement rwandais a ouvert la zone de Ndego pour habitation. La famille de Serafine a été relocalisée de Kirehe au district isolé et difficile de Ndego.

Situé derrière une chaîne de montagnes dans l’un des climats les plus secs de tout le pays, Ndego est devenu leur maison. Au cours des 16 années suivantes, ils ont cultivé une toute petite parcelle de terre en faisant pousser des haricots, du sorgho (une herbe comestible résistant à la sécheresse) et du blé local (apparenté au maïs). Ils faisaient de leur mieux pour garder leurs enfants en bonne santé mais ils avaient besoin d’aide. Les cultures prennent du temps à mûrir. La vie quotidienne n’attend pas la récolte. L’eau est rare et ils devaient transporter l’eau sur de grandes distances pour arroser le jardin. Sans outils et connaissances adéquats, ils ont continué à lutter pour nourrir leur famille de cinq personnes. Ils ne pouvaient pas toujours se permettre d’acheter des légumes. La plupart du temps, ils ne mangeaient que deux repas.

ADRA Canada était conscient des difficultés éprouvées par les familles de Ndego. Nous avons lancé un projet pour aider les familles comme Serafine à surmonter la malnutrition et la pauvreté. Serafine et sa famille sont des adventistes et ils avaient entendu parler du travail d’ADRA Canada. Ils étaient heureux d’être inclus dans le projet.

Woman in Rwanda and her Baby

Les instructeurs ont enseigné à Serafine comment équilibrer les récoltes et maximiser son rendement. Elle a pu diversifier sa petite ferme pour y inclure des produits plus nourrissants. Le manioc (semblable aux ignames), les épinards, les betteraves, les carottes et les oignons ont aidé ses enfants à retrouver leur santé après des années de malnutrition. Serafine a appris à mélanger les nourritures pour avoir une alimentation équilibrée. Au fur et à mesure sa famille apprenait de nouveaux principes diététiques pour augmenter leur force, stimuler leur énergie et prévenir la maladie. Les repas que les enfants mangent maintenant sont constitués de la nutrition nécessaire pour lutter contre des années de quasi-famine. Ils sont maintenant capables de manger trois repas par jour.

L’un des principaux objectifs d’ADRA Canada est de se concentrer sur les plus vulnérables, ceux pour qui le risque de décès par maladies évitables est le plus élevé. Ceux-ci incluent les femmes enceintes, les nouvelles mères et les enfants de moins de cinq ans.

Les enfants de Serafine vont maintenant à l’école et ils sont en bonne santé. Serafine et son mari déclarent maintenant être en meilleure santé et plus forts depuis le début du projet parrainé par ADRA Canada. Ils ne sont pas malades aussi souvent et ils se sentent plus protégés contre les maladies simples mais mortelles.

Les femmes et les familles de Ndego profitent au maximum de leurs modestes moyens. La vie est toujours une lutte quotidienne. ADRA Canada aide, soutient, forme et éduque les mères nécessiteuses. Conçu pour aider chaque enfant du village à non seulement survivre mais à prospérer, ce travail ne peut continuer qu’avec le soutien des personnes comme vous.